© 2019 Culture Augmentée

  • Melanie Frerichs-Cigli

Des trois dormeuses

J’adorerai vous parler du Costa Rica et vous donner de l’espoir en une vie meilleure ailleurs, donc que la chose est possible et concrète. Malheureusement, outre qu’ici aussi, la situation dégénère progressivement (mais à partir de bien meilleur qu’ailleurs, soyons clairs), entre FB qui veut devenir une banque juste au moment où les banques vont sauter, les manifestations qui menacent aussi bien Hong-Kong que la France ou l’Algérie sans trouver de résolution et les tremblements de Merkel, l’actu tend encore à s’accélérer davantage.

Il est temps de revenir donc à l’analyse de ce qui se produit. L’un des événements clés de ces derniers jours est l’attaque des pétroliers dans le détroit d’Ormuz, parce qu’on le sait, le monde ressemble à ce qu’il est - forgé aux feux des guerres du XXème siècle, en grande partie à cause du pétrole. Or ces derniers temps, il se passe de drôles de choses sur le marché de l’or noir.


Je suppose que vous avez tous vu l’actu : deux pétroliers victimes d’explosions suspectes dans le détroit d’Ormuz, Trump qui accuse l’Iran qui nie farouchement, la Russie et l’Allemagne qui demandent une commission d’enquête internationale, l’Iran qui déclare ne plus limiter ses recherches nucléaire au nécessaire du civil, Trump qui menace d’erradiquer l’Iran qui menace de fermer le détroit. Et nous sommes laissés face à une interrogation absurde : qui, des iraniens voulant briser le blocus des américains, des saoudiens voulant détruire l’Iran, de la Chine voulant couper l’approvisionnement des uns et des autres, de la Russie, qui sait ? A bien pu vouloir détruire ces tankers, sachant qu’un mois auparavent, 4 autres avaient été coulés au même endroit, exactement.


A dire vrai, cette question est presque subsidiaire, en ce qui nous concerne, nous, grand public. Nous manquons des informations nécessaires pour réellement savoir – et puis, qu’est-ce que ça change, si une guerre éclate, finalement ? On en sera victimes pareil.


Seulement, comprendre la situation globale du pétrole dans le monde peut nous aider à entrevoir un peu mieux les enjeux de la guerre pour laquelle on nous prépare (et qui a visiblement déjà commencé en sourdine). Prévoir peut-être même un peu plus exactement le déroulement de certaines alliances, évaluer le temps qui nous reste avant l’extension du domaine de la lutte économico-géopolitique au terrain, bref, nous préparer.